TAMATA IVERMECTINE ? Et si on essayait un potentiel traitement qui fait parler de lui depuis 17 mois

Dernière mise à jour : sept. 23



Avant de commencer, nous vous conseillons de bien laisser charger l'ensemble des images contenu dans cet article très complet. Cela peut prendre un certain temps.



POLYNÉSIENS, PERSONNELS DE SANTÉ, POMPIERS, POLICIERS, PROFESSEURS, FONCTIONNAIRES, RELIGIEUX, HOTELIERS, RESTAURATEURS, COIFFEURS, PÊCHEURS, AGRICULTEURS, ANIMATEURS, MUSICIENS, DANSEURS, CHANTEURS, CHAUFFEURS, VENDEURS, ENTREPRENEURS PHARMACIENS ... JOURNALISTES ET POLITICIENS; QUI QUE TU SOIS, L'ÉQUIPE DE TAHITIFLASH ESPÈRE QUE CET ARTICLE PARTICIPERA À LA SORTIE DE CRISE SANITAIRE, ÉCONOMIQUE, SOCIALE ... ET HUMAINE QUE NOTRE POLYNÉSIE TRAVERSE DEPUIS BIENTÔT DEUX ANS.


COMMENT ? EN S'INFORMANT SOI-MÊME, EN INFORMANT NOTRE ENTOURAGE ET EN LES INVITANT À FAIRE PAREIL.


Dans le journal du vendredi 27 Août 2021, voici quelle était la situation COVID partagée par le Chef des Urgences et la Cheffe de Réanimation du Centre Hospitalier de Polynésie.

CONSTAT 01 : ILS SONT DÉBORDÉS PAR L'ARRIVÉE DE PATIENTS AYANT DES PROBLÈMES RESPIRATOIRES.

La plupart des patients arrivant au centre hospitalier sont en fait des personnes à qui on a conseillé de rester chez eux, de prendre du DOLIPRANE, de se reposer et d'appeler les URGENCES en cas de problèmes RESPIRATOIRES. Étant donné la contagiosité du variant DELTA, ces patients atteints de problèmes respiratoires arrivent en nombre saturer les services hospitaliers disponible en Polynésie.

(ci-dessous, un rappel des recommandations du ministère de la Santé de Polynésie.)

CONSTAT 02 : SELON LA CHEFFE DES RÉA, PLUS DE 90% DES PATIENTS EN RÉANIMATION SONT TRÈS OBÈSES."

D'une manière générale donc, le principal problème actuel est plutôt l'obésité et la fragilité des patients finissant en réanimation que leur NON-VACCINATION.

CONSTAT 03 : LA CHEFFE DES "RÉA" PRÉCISE QUE "LES PATIENTS OBÈSES SONT LES PLUS À RISQUES ET C'EST VRAIMENT LES PATIENTS QUI DOIVENT SE VACCINER."

( ci-dessous, un rappel des recommandations du ministère de la Santé de Polynésie. )

RÉCAPITULONS LA SITUATION :

L'ANALYSE SYNTHÉTIQUE DE LA SITUATION NOUS FAIT COMPRENDRE QUE DANS L'URGENCE, IL FAUT TOUT FAIRE POUR EMPÊCHER QUE LES COVIDÉS PASSENT À LA PHASE "PROBLÈMES RESPIRATOIRES" DU COVID AFIN DE COUPER L'ENCHAINEMENT TRAGIQUE QUI S'EN SUIT. C'EST DONC SUR LES TRAITEMENTS QU'IL FAUT SE CONCENTRER.

UN DES TRAITEMENT POURRAIT T'IL ÊTRE :

L'IVERMECTINE ?






Sur TNTV, dans le journal du soir du jeudi 26 Août 2021, voici l'avis en défaveur de l'IVERMECTINE du Docteur Français Philippe DUPIRE, président de la commission médicale d'établissement du centre hospitalier du TAAONE.




Il y a peu de temps, dans le journal du jeudi 19 Août 2021, voici l'avis en défaveur de l'IVERMECTINE du Médecin Généraliste Français Didier BONDOUX, qui répond régulièrement aux questions des internautes Polynésiens.




CONSTAT 04 : Selon les médecins que l'on voit souvent dans nos journaux télé, web ou presse papier de Polynésie : "LES ÉTUDES NE PERMETTENT PAS DE MONTRER L'EFFICACITÉ DE L'IVERMECTINE CONTRE LE COVID."



Essayons de creuser le sujet, question d'avoir plusieurs informations et se faire une meilleure idée du sujet.

Après tout, ils ont peut être raison ... ou pas.





Faisons donc un tour d'horizon chronologique de quelques évènements "IVERMECTINE vs COVID" qui se sont succédés ces 17 derniers mois, de la sortie des premières études en faveur de l'IVERMECTINE révélés en AVRIL 2020 depuis l'Australie, jusqu'à aujourd'hui, fin AOÛT 2021.


A SAVOIR : Si vous désirez lire un des articles présentés ci-après, cliquez sur l'image ou son lien situé au dessus.



(Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image)

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )


( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image)

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )



( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )



( Pour voir la vidéo ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )


VOICI QUELQUES EXTRAITS DES PROPOS DU GASTRO-ENTÉROLOGIUE DE SYDNEY, LE PROFESSEUR THOMAS BARODY :

Je suis donc derrière le traitement IVERMECTINE + Doxycycline + Zinc
car il y a très peu d'effets secondaires.
et c'est un vrai tueur du Coronavirus
...
Je pense donc qu'il est temps que nous regardions sérieusement
et que nous commencions à traiter les gens ici en Victoria avec des équipes mobiles
qui traiteront les personnes âgées en maison de retraite
les travailleurs en première ligne
et ceux qui sont testés positifs au Covid
Si nous commençons à voir en 1 ou 2 semaines de moins en moins aller à l'hôpital
nous allons avoir une réponse très rapidement
sans avoir à faire de très longs et déformés essais.

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )



( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )


( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )

( Pour lire l'article ci-dessous, cliquez ici ou sur l'image )